Anglemonde Observatoire de l'anglais

Le retour de l'anglais (et de vieilles angoisses) en Malaisie

2000px-flag_of_sarawak-svgLa décision d'un état fédéré de la Malaisie de faire de l'anglais sa langue officielle alors que le pays est en plein débat sur l'utilisation de l'anglais à l'école réveille de vieilles angoisses et fait craindre pour la paix linguistique dans ce pays multiethnique d'Asie du Sud-Est.

La question de la langue officielle de l’état de Sarawak fait surface alors que la Malaisie s’apprête à réintroduire l’enseignement des mathématiques, de la science, du design et de la technologie en anglais dans les écoles, ce qui n’a pas manqué de fouetter les passions des pours et des contres.

Noor Azimah Abdul Rahim, présidente de PAGE Malaysia, une association de parents en faveur d’une plus grande place pour l’enseignement en anglais croit qu'avec l'anglais officiel,  les habitants de Sarawak « auront plus d’opportunités sur le marché du travail que ceux de la péninsule malaisienne. »

« L’anglais est une langue globale, la langue du savoir, de la science et de la technologie, et aussi de la finance et du commerce. L’anglais est aussi notre langue seconde que nous avons hérité de l’occupation britannique et de laquelle nous avons énormément bénéficié. »

Qu’est-ce qui est arrivé ?

Le ministre en Chef du Sarawak, un état fédéré situé sur l’île de Bornéo, a annoncé le 18 novembre dernier que les fonctionnaires pourraient désormais utiliser l’anglais entre eux et avec les citoyens, en plus de la langue dite nationale, le malais.

Si le ministre en Chef Adenan s’est défendu de vouloir remplacer le bahasa malais par l’anglais, il n'a fait que peu de cas de la controverse que l'annonce allait inévitablement provoquer.

Plutôt que de faire la démonstration que les citoyens de son état avait besoin de l'anglais pour communiquer avec l'administration, le ministre en chef a parlé d'une décision « inévitable » et évoqué les avantages de la  « langue de la science. »

« Je ne suis que pratique et logique,  » a expliqué le ministre en chef.

« Nous ne vivons pas sur la Lune ! »

L’annonce n’a pas manqué de provoquer la colère de plusieurs citoyens de l’ethnie majoritaire qui luttent pour l’utilisation du malais comme langue nationale du pays multiethnique et multilingue depuis l’indépendance.

Les Malais, majoritaire dans la fédération, ne compte que pour 20% des habitants de Sarawak, derrière les Ibans christianisés et les Chinois.

L’association nationaliste malaise Perkasa a affirmé que la proclamation de l’anglais officiel était une  « insulte à la constitution ».

L’ancien ministre Tan Sri Rais Yatim a averti que la mesure risquait de semer la discorde entre les groupes ethniques.

Le Malay Economic Action Council a pour sa part dit craindre que l’anglais ne marginalise davantage les ruraux qui parlent beaucoup moins l’anglais que les habitants des villes.

Sarawhat ?

La Malaisie est une ancienne colonie britannique qui a obtenu son indépendance en 1957. Soixante pour cent des Malaisiens appartiennent à l’ethnie dite malaise, un quart sont Chinois et environs 10 % d’origine tamoule.

Historiquement désavantagés par rapport à l’élite commerçante chinoise, les Malais défendent depuis l’indépendance des mesures de discriminations dites positives culturelles et économiques comme la New Economic Policy de 1971 (depuis abrogée) qui exigeait entre autres que toutes les entreprises publiques qui font des affaires en Malaisie aient au moins 30 % d’actionnaires ethniquement malais.

La langue des Malais, le bahasa Melayu, est la seule langue nationale.

Le Sarawak s’est joint à la fédération en 1963, en même temps que Singapour (qui a depuis changé d’idée.)

L’anglais a été la seule langue officielle de l’état jusqu’en 1974, après quoi l’état s’est rallié à l’usage du malais comme langue administrative commune.

Cela dit, le ministre en chef de l’État maintient que le Sarawak n’a jamais adopté la loi des langues officielles de 1967 et que les conditions de son adhésion à la fédération l’autorisent aussi à utiliser l’anglais en tant que langue officielle.

L’anglais en Malaisie

La politique linguistique officielle de la Malaisie défend et promeut l’utilisation du bahasa malais comme langue commune et instrument d’unité nationale, mais dans les faits, la langue a toujours été en compétition avec l’anglais.

Même si c’est dans une moindre mesure que la langue nationale, l’anglais est encore utilisé dans les législatures et dans l’administration. C’est la langue dominante du système judiciaire.

La langue d’enseignement à l’école est le malais, mais les Chinois et les Tamouls peuvent avoir des écoles dans leur langue, « là où le nombre le justifie ». La conséquence est l’existence de trois réseaux scolaires distincts et plus ou moins ethniquement exclusifs (quoique les écoles où l’on enseigne en mandarin sont de plus en plus populaires et comptent près de 20 % d’étudiants non-Chinois.)

Comme partout dans le monde, l’anglais est omniprésent à l’université et sur le marché du travail. Selon les partisans de l’anglais, même en Malaisie les diplômés qui ne parle pas anglais auraient de la difficulté à trouver du travail.

Pour plusieurs Malais de l’ethnie majoritaire, la réintroduction de l’anglais dans les classes et dans l’administration publique présage son retour au statut de langue commune--comme à l’époque de l’Occupation britannique--et le déclassement du malais au rang de langue ethnique.

Dans le même ordre d'idée